Gueerier Henri souke sena a e reboure senatè Youri Latortue ak Onondieu Louis ki kraze lajan sena a




Quand Gary Bodeau diligente un groupe de députés pour aller chercher le gouvernement, le député Pierre Requière Julien gravit la tribune et renverse le pupitre. C’était sans penser à la présence du député de Beaumond Annouce John Bernard qui, faisant bonne garde, le saisit de dos et le propulse hors de la tribune sans aucune autre forme de procès.

Face à ces deux cas de démonstration de force, l’opposition cesse ses attaques et une autre guerre froide fait régner un calme plat. Moment propice pour la présentation du rapport de la commission spéciale qui analysait les pièces du premier nommé Fritz William Michel et des membres de son cabinet ministériel. D’un coup, Hermano Exinor, au nom de la commission « recommande au bureau d’inviter le Premier ministre à présenter sa déclaration de politique générale ». Tous les commissaires, hormis Jean Marcel Lumérant et Roger Milien qui ont exprimé des réserves, sont partants. Ici, ce ne sont pas seulement les commissaires qui emboîtent le pas, les députés aussi sont d’avis et certains expriment leur dévotion en applaudissant les ministres. On entend alors des «bon bagay» dans la salle.

Déjà à ce point, voyant la taille d’un adversaire qui montre ses muscles pour une fois, l’opposition abdique et quitte la salle.

Rapport favorable et loin des ennuis de l’opposition, le premier ministre est invité à présenter sa déclaration de politique générale. 12 minutes lui suffisent pour présenter les huit grands axes de sa politique générale. Ce sont : le renforcement de la justice et de la sécurité publique, le renforcement de la lutte contre les inégalités sociales, l’intégration des personnes handicapées, la relance économique, la promotion de la bonne gouvernance, le renforcement de l’autonomie des collectivités territoriales, le renforcement des acquis démocratiques par l’organisation d’élections ouvertes et crédible, l’intégration de la diaspora et la promotion du dialogue national.

S’ensuivent les débats qui ne sont autres qu’un défilé de députés, drappés dans leur costume de défenseurs des plus vulnérables. On était déjà à une vingtaine d’interventions lorsque le député Jean Wilson Hyppolite, avec en main une proposition de 65 députés, gravit la tribune pour demander à ce qu’on passe au vote, « puisqu’on est tous déjà édifié ».

Gary Bodeau met la proposition en débat. S’ensuivent alors une chicane de ménage entre proches du pouvoir lorsque Esaïe Prophète exige de voir la liste des 65 députés qui ont signé la proposition de Jean Wilson Hyppolite. Impossible. C’est peut être une preuve que l’élu de Léogâne a emballé ses paires proches du pouvoir dans un processus sans leur accord.

En fait, ces députés voulaient bien avoir les explications du Premier ministre sur une affaire de corruption dont seraient impliquées de compagnies productrices d’électricité, soulevée par le député Alfredo Antoine. Gary Bodeau tranche en promettant que le PM parlera de cette affaire d’électricité lors de son remerciement à l’assemblée.

Finalement, la politique générale du Premier ministre nommé Fritz William Michel est votée par 76 pour, 0 contre et 3 abstentions à la Chambre basse.

Subscribe for more Video! Inscrivez vous à TV Creole pour recevoir les meilleurs clips en exclusivité / Actualités socio-culturelles et politique.

https://www.facebook.com/tvcreole
https://www.youtube.com/tvcreole

https://www.instagram.com/tvcreole/

source